Plagiocéphalie et Ostéopathie

L’ostéopathie peut être la solution à la plagiocéphalie.

Définition de la plagiocéphalie :

La plagiocéphalie vient du grec « plagios » qui signifie « oblique » et « kephalê » pour la tête.

Il existe deux types de plagiocéphalies :

La première celle liée à une craniosténose. Elle s’installe après la fermeture prématurée de sutures crâniennes du nouveau-né. Son diagnostic est important. Cette dernière est à surveiller de près en raison des conséquences importantes sur la santé et le développement du bébé. Par contre elle n’est pas du ressort de l’ostéopathe. Le traitement nécessite souvent une prise en charge chirurgicale.

La deuxième est positionnelle ou posturale. Elle correspond à la forme la plus fréquente. En effet il s’agit de déformations bénignes du crâne sur lesquelles l’ostéopathe peut travailler.

Ces déformations crâniennes surviennent sur une période allant de la vie intra-utérine à quelques semaines après la naissance.

Etiologies :

Elles sont multifactorielles.

Les causes in utéro sont entre autres :

  • La position fœtale (siège)
  • La gémellité
  • Les anomalies utérines
  • Une quantité insuffisante en liquide amniotique (oligoamnios ou anamnios)
  • L’engagement précoce dans le bassin
  • Les contractions pendant la grossesse (> 10 à 15/ jour)
  • La macrosomie

De plus nous avons le déficit en vitamine D maternel pendant la grossesse. En conséquence il rend les os du crâne plus malléables ainsi que le torticolis congénital. Ce sont des causes fréquentes de plagiocéphalie.

Les causes en lien avec l’accouchement sont :

– la durée du travail. En effet, un travail « trop » long ou « trop » court peut avoir des conséquences sur le crâne du nouveau-né

– les instrumentations (forceps, spatules, ventouse).

– la position fœtale dans le bassin pendant le travail et lors de l’accouchement.

Après la naissance, la position prolongée sur le dos sur une surface dure (matelas, cosy, siège auto, …), augmente le risque de malformation positionnelle. Toutefois ATTENTION les recommandations en vigueur sont importantes pour la prévention de la mort subite du nourrisson.

Il est important que les parents stimulent l’enfant à tourner la tête, le mettent en position ventrale lors des jeux d’éveil …

Les déformations positionnelles sont plus fréquentes chez les primipares (femme dont c’est le premier enfant) et pour les nouveau-nés prématurés. De surcroît il existe une prédisposition chez les petits garçons car ils sont souvent moins actifs que les filles du même âge et/ou plus hypotoniques.

Enfin il est prouvé que les enfants nourris toujours dans la même position ont plus de plagiocéphalie. Cela est surtout vrai pour les enfants alimentés par lait artificiel. Etant donné que nous avons tous une préférence de côté pour donner le biberon. C’est pourquoi il est recommandé de changer le côté du bras où repose la tête de l’enfant pour donner le biberon. Ainsi l’appui sur l’arrière du crâne ne se fait pas toujours au même endroit.

Signes cliniques et effets de la plagiocéphalie :

www.aboutkidshealth.ca/fr…

Au niveau du crâne cette déformation a une conséquence sur tout l’équilibre structurel. Tout d’abord du côté de la tête aplatie l’oreille est plus avancée et le front plus proéminent. De plus si on regarde le visage on observe du coté de l’aplatissement un œil plus fermé et une déviation de la mâchoire ainsi que du menton.

Puis en l’absence de traitement les tensions sur le crâne peuvent provoquer des troubles du transit, voire même de la respiration. Enfin avec le temps la plagiocéphalie peut provoquer des problèmes visuels, des défauts de la motricité fine, des dyslexies, des scolioses, des troubles dentaires et de l’occlusion (succion, déglutition).

Traitement de la plagiocéphalie:

A priori il n’est pas possible de prévenir la plagiocéphalie à 100%. C’est pourquoi il est important de suivre les recommandations pour diminuer le risque et la sévérité de celle-ci. Les professionnels de santé préconisent de faire attention à la position de votre bébé durant son sommeil. L’idéal serait d’alterner le couchage avec la tête tournée à droite ou à gauche.

Il est important de traiter tout de suite un torticolis congénital.

Enfin pour une plagiocéphalie importante et récalcitrante il existe un traitement par orthèse orthopédique ou casque. Ce dernier est plus efficace en collaboration avec l’ostéopathie. En effet il ne traite pas la cause de la plagiocéphalie mais uniquement les conséquences physiques.

La prise en charge ostéopathique de la plagiocéphalie :

L’ostéopathie est indispensable pour la prise en charge des plagiocéphalies autres que celles liée à une craniosténose. Elle permet aussi bien sa prévention que sa correction. Il est important d’amener le plus tôt possible son bébé après sa naissance, si possible dans le premier mois car avec le temps les sutures du crâne se figent.

L’ostéopathe réalise un bilan global avec des techniques douces et adapter. Le praticien libère les sutures et les membranes crâniennes pour qu’elles retrouvent leur mobilité. De plus, il corrige les dysfonctionnements musculaires, ligamentaires, articulaires… en lien avec l’asymétrie crânienne. Le nombre de séances varie en fonction de l’âge du bébé, de la sévérité des asymétries et des facteurs de récupération comme un torticolis associé ou l’aide attentive des parents dans le repositionnement. Dans le cas d’une prise en charge tardive, après 3 mois voire après 6 mois, des améliorations sont possibles mais récupérer complètement l’asymétrie est difficile et peut nécessiter plus de séances.

Conclusion :

La plagiocéphalie ou « tête oblique » est un motif fréquent de consultation en ostéopathie. Depuis la mise en place des recommandations de couchage sur le dos, on voit une augmentation du nombre de cas. Il est important de consulter l’ostéopathe dans le mois qui suit la naissance de son enfant afin de détecter les blocages pouvant être à l’origine de cette déformation crânienne. Plusieurs séances peuvent être nécessaires.

orleansosteopathe.fr/refl…

Source : orleansosteopathe.fr/plag…