La valériane contre les bouffées de chaleur

Lorsque les bouffées de chaleur de la ménopause se font ressentir, il est normal de chercher comment les atténuer tant elles peuvent devenir difficiles à gérer au quotidien. La phytothérapie semblerait être une solution efficace pour diminuer leur effet grâce à une plante en particulier : la valériane. Cette plante permettrait, en effet, d’atténuer la fréquence et l’intensité des bouffées de chaleur. Présentation, mode d’emploi … Santé Magazine fait le point.

valériane © Adobe Stock/Circumnavigation

Celle que l’on appelle aussi “herbe aux chats” (parce que son odeur est semblable à celle de leur urine !) contient dans ses racines, récoltées à l’automne, de l’acide valérénique, qui module dans le cerveau des récepteurs impliqués dans l’anxiété. À la clé, une action anxiolytique. On y trouve aussi des flavonoïdes “tranquillisants” et inducteurs de sommeil. « Ses propriétés sont ainsi mises à profit dans les états d’anxiété qui déclenchent et exaltent les bouffées de chaleur, des variations de l’humeur, d’hyperémotivité, de sommeil altéré, des symptômes liés à la ménopause », souligne le Dr Jean-Michel Morel. Une étude, chez 64 femmes, observe que celles ayant pris de la valériane pendant deux mois, ont eu environ 3 bouffées de chaleur en moins par jour comparées à celles du groupe placebo. Leurs bouffées étaient également moins intenses.

Une plante facile d’emploi

On y recourt volontiers en raison de l’absence d’effet hormonal, ce qui la rend sûre en toutes circonstances : des antécédents de cancer du sein ne contre-indiquent pas son usage. Elle est même un bon allié anti-bouffées lors du traitement hormonal d’un cancer du sein.

Bon à savoir : la valériane peut moduler l’action de certains médicaments anxiolytiques (benzodiazépines) ! Si vous en prenez, mieux vaut en discuter avec votre médecin.

Comment la prendre ?

Il s’agit d’un traitement de fond, à débuter dès que les règles deviennent irrégulières. On peut prendre au moins 2 fois par jour 200 mg d’extrait sec ou 400 mg le soir, au coucher. Autre forme efficace, l’extrait hydro-alcoolique : 100 gouttes de teinture-mère le soir ou 50 gouttes matin et soir (éventuellement une dose supplémentaire au coucher), ou une cuillerée à café le soir (voire matin et soir) d’un extrait standardisé de valériane, à diluer dans un verre d’eau.

La tisane, avec une cuillerée de miel de tilleul ou de lavande pour masquer l’odeur, est une bonne option, à boire le soir une heure avant de se coucher : « on fait bouillir une cuillerée à café de poudre de racine pour une tasse, 2 à 3 minutes, on laisse infuser 15 min, puis on filtre », propose le Dr Morel.

À lire aussi

Dr Brigitte Blond Dr Jean-Michel Morel, médecin phytothérapeute Article publié le 26 nov. 2019

ARTICLE COMPLET SUR : www.santemagazine.fr/sant…