Cas de salmonellose de sérotype Poona chez des nourrissons : point au 24 janvier 2019

Le Centre National de Référence (CNR) des Salmonella à l’Institut Pasteur a identifié 4 cas de salmonellose à Salmonella Poona (S.Poona) chez des nourrissons dont les souches appartiennent à un même cluster génomique, à savoir que les souches sont  génétiquement liées. Depuis lors, le CNR a identifié 3 autres bébés ayant eu une salmonellose à S.Poona. Les souches de Salmonella de ces 3 bébés sont en cours d’analyse afin de déterminer si elles appartiennent au même cluster génomique.

Santé publique France investigue ces cas de salmonellose en interrogeant les parents des bébés malades sur les symptômes et les consommations avant leurs symptômes.

Ces 7 bébés, 5 garçons et 2 filles, résidant dans 5 régions différentes, âgés de 2 à 18 mois au moment des symptômes, ont été malades entre fin aout 2018 et le 10 Janvier 2019 (figure 1). Tous ont présenté de la diarrhée dont deux avec du sang dans les selles et 6 ont eu de la fièvre. Quatre bébés ont été hospitalisés pour leur salmonellose et sont sortis depuis. Tous les enfants vont mieux ou sont guéris.

Figure 1 : Distribution des 7 cas de salmonellose à S. Poona, 2018-2019, France

Les premiers éléments d’investigation auprès des parents de ces 7 nourrissons mettent en évidence la consommation, dans les jours précédant les symptômes, de laits en poudre de marque Modilac produits par une même usine en Espagne : Modilac expert Riz 1er âge ; Modilac Riz 2ème âge et Modilac Riz 2ème âge Anti Régurgitation. Les 7 bébés ne partageaient pas d’autre aliment ou boisson en commun. Les biberons étaient préparés avec de l’eau embouteillée de 4 marques différentes.

Les résultats préliminaires de l’investigation suggèrent fortement que les laits Modilac expert Riz 1er âge ; Modilac Riz 2ème âge et Modilac Riz 2ème âge Anti Régurgitation sont à l’origine de ces infections à Salmonella Poona.

En conséquence, le 24 janvier 2019, l’établissement producteur, en lien avec la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) et la Direction générale de la Santé (DGS), a procédé au retrait et au rappel de toute sa gamme de produits de nutrition infantile à base de protéines de riz et, de manière élargie, de l’ensemble des fabrications issues du site de production espagnol concerné. Sodilac met également à disposition des parents un numéro vert 0800 800 970 pour répondre à leurs interrogations.

Les références concernées, distribuées aux consommateurs exclusivement en pharmacies et dans plusieurs associations caritatives, ou commercialisées sur des sites de vente en ligne, sont rappelées sans distinction de lot ni de date de fabrication.

Les parents qui disposeraient encore de boîtes de ces lots ne doivent  pas les utiliser, qu’elles soient neuves ou déjà entamées. Ils doivent prendre contact avec leur pédiatre ou leur médecin généraliste pour se voir conseiller ponctuellement un lait de remplacement, notamment pour les bébés allergiques aux protéines de lait. Dans l’attente, ils peuvent se rendre en pharmacie où un lait de substitution leur sera proposé.

La Société Française de Pédiatrie a formulé des recommandations de substitutions possibles qui seront mises en ligne rapidement sur le site Internet du Ministre des solidarités et de la santé. Elles ont également été transmises aux médecins généralistes, pédiatres, sages-femmes, pharmaciens, établissements de santé, structures de PMI et crèches ainsi qu’aux associations concernées.

Santé publique France rappelle à cette occasion les principes d’hygiène à respecter lors de la préparation des biberons :

  • chaque manipulation doit être précédée d’un lavage soigneux des mains à l’eau et au savon ;
  • les biberons ne doivent pas être préparés à l’avance ;
  • les biberons doivent être nettoyés aussitôt après usage.

Les infections à Salmonella surviennent dans les 7 jours (le plus souvent dans les 3 jours)  suivant l’ingestion, et provoquent un tableau de gastro-entérite avec des vomissements, une diarrhée parfois sanglante, et fébrile dans la majorité des cas. L’apparition de ces signes chez un nourrisson doit conduire les familles à consulter un médecin.

Salmonella Poona fait partie des quelques 2 000 sérotypes de Salmonella pathogènes chez l’homme. De 2016 à 2018, le CNR des Salmonella a identifié environ 50 souches de Salmonella Poona par an. Comme la plupart des autres sérotypes de Salmonelle, Salmonella Poona est retrouvé en France dans divers réservoirs animaux parmi lesquels les volailles, les produits laitiers, et les aliments pour animaux. Ce sérotype est également retrouvé chez des reptiles.

Plusieurs épidémies de salmonellose à Salmonella Poona ont été rapportées dans le passé, en particulier une épidémie attribuée à la consommation de lait en poudre chez des nourrissons en Espagne en 2010-2011 (1). Deux épidémies sont survenues aux Etats-Unis en 2015 associées à la consommation de concombre (2) et à des contacts avec des petites tortues (3). Une autre épidémie aux Etats-Unis a été liée à la consommation de melon en 2000-2002 (4).

Source : www.santepubliquefrance.f…