Un simulateur d’accouchement qui prédit les césariennes alarme les gynécologues

SIM 37, qui fait simuler un accouchement aux femmes enceintes pour prédire le besoin ou pas d’une césarienne, a été dénoncé récemment par des gynécologues. 

Césarienne ou accouchement par voie basse ? Si dans la majorité des cas, ce sont les médecins qui tranchent lors de l’accouchement, une machine prétend répondre aussi à la question et ce, dès le 8ème mois de grossesse. Mais la commercialisation de cette technique fait bondir certains professionnels, qui ont sonné l’alerte via un communiqué rapporté par Le Progrès.

“Appât du gain” et “pure folie”. Baptisé SIM 37, l’examen médical prédit ou pas une future césarienne  en simulant un accouchement et en utilisant des IRM. Dans un communiqué, l’Institut de recherche et d’action pour la santé des femmes dénonce “une pratique commerciale au service de la césarienne”. Son argument ? SIM 37 ne repose sur aucune étude scientifique et n’est animée que par “l’appât du gain” et la “pure folie”.

“Données scientifiques fausses, voir dangereuses”. L’Institut déroule et n’est pas tendre dans ses critiques : “Il est important d’informer les femmes et les couples sur le caractère expérimental et hasardeux de cet examen, de son coût outrancier (900 euros), de son usage pour vendre et potentiellement perpétuer des césariennes qui nous semble inutiles, de véhiculer des données scientifiques fausses, voire dangereuses et incomplètes pour les femmes, d’instrumentaliser les violences obstétricales et enfin de s’enrichir d’une certaine façon sur le dos des victimes de violences obstétricales et gynécologiques”.

De son côté, le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) a aussi tiré la sonnette d’alarme : SIM 37 n’est basé sur aucune preuve scientifique, prévient-il. Ces professionnels estiment aussi que le coût de l’examen est disproportionné par rapport au bénéfice escompté.

Source : www.europe1.fr/sante/un-s…