Qu’est-ce que l’ostéopathie

L’ostéopathie connaît aujourd’hui un franc succès, d’autant plus qu’aucune prescription médicale n’est nécessaire pour une consultation. Parfois confondue avec un kinésithérapeute et un chiropracteur, l’ostéopathe utilise des techniques manuelles pour soulager les douleurs de toutes sortes. En quoi consiste réellement une consultation ostéopathique ? Que faut-il savoir sur cette pratique ? Est-ce sûr ? Est-ce réglementé ?

Définition de l’ostéopathie

L’ostéopathie est une discipline préventive et curative utilisant des techniques manuelles de pression, d’élongation ou de torsion. L’ostéopathe a recours à un système de soins prenant en compte aussi bien les symptômes physiques que le style de vie, les habitudes et l’état général du patient. Le traitement est basé sur des manipulations osseuses ou musculaires veillant à l’harmonie générale du corps humain. Des conseils de mode vie sont également donnés : postures, démarches, position d’assise, gestes et exercices au quotidien, etc.

Concept

Cette médecine complémentaire a été inventée par le Dr Andrew Taylor Still au XIXe siècle en partant du principe que lorsque l’appareil locomoteur (squelette, articulations, muscles, tendons, nerfs) fonctionne bien, le bien-être du corps humain est assuré. L’objectif est de déceler, puis de traiter des tensions, des déséquilibres et des limitations de mobilité, provoquant des douleurs au patient. L’ostéopathe connaît parfaitement la structure, la fonction et les interconnexions de chaque région du corps humain.

Consultation

Cette connaissance transparaît d’ailleurs durant la première consultation lorsque le praticien inspecte, touche, palpe et mobilise des parties du corps qui ne font pas mal. Avant cela, il procède à l’anamnèse, consistant à poser des questions qui semblent parfois détachées du problème. L’objectif est d’appréhender le motif de la consultation, le profil du patient ainsi que ses antécédents et ses anciens traitements. Un traitement ostéopathique est ensuite présenté, puis réalisé. En général, trois séances sont nécessaires pour aboutir à un résultat durable.

Les bienfaits de l’ostéopathie

Les troubles de la santé traités sont les problèmes fonctionnels, consistant en des douleurs dont l’origine reste inconnue, mais qui gênent au quotidien. L’ostéopathie est cependant contre-indiquée en cas d’hémophilie, d’ostéoporose ou d’AVC.

Sur les douleurs musculaires et articulaires

L’ostéopathie soulage les douleurs articulaires, les lombalgies, les cervicalgies, les entorses, les douleurs et traumatismes musculaires et les tendinites. Ce genre de traitement est également utilisé à la suite d’un traumatisme, d’un choc ou d’un accident. Les sportifs, les personnes âgées et les enfants peuvent en profiter à titre préventif pour trouver un équilibre quotidien.

Sur d’autres pathologies

L’ostéopathie peut soigner bon nombre de maux :

  • Problèmes de circulation sanguine (troubles de la circulation, jambes lourdes, hémorroïdes)

  • Troubles digestifs (ballonnements, constipation, diarrhée, etc.)

  • Pathologies pédiatriques (coliques, régurgitations, troubles du sommeil, nervosité, etc.)

  • Troubles ORL (asthme, sinusites, bronchites chroniques, bourdonnements, otites, vertiges, migraines…)

  • Troubles psychologiques et psychiques (stress, anxiété, dépression, troubles du sommeil, déficit de l’attention et hyperactivité)

La pratique de l’ostéopathie

Pour devenir ostéopathe, il faut suivre 4860 heures de formation réparties sur 5 ans et la réussir bien sûr. Il n’est pas obligatoire d’avoir une prescription de la part d’un médecin pour pouvoir consulter un ostéopathe. À noter qu’un ostéopathe ne peut prescrire ni des médicaments ni un arrêt de travail. Les manipulations gynéco-obstétricales et les touchers pelviens lui sont également interdits.

Cadre légal

Il faut savoir que l’ostéopathie est un métier encadré par la loi. Le titre professionnel d’ostéopathe est reconnu par l’article 75 de la loi n°2002-303 du 4 mars 2002. Il s’agit de la loi Kouchner sur les droits du malade et la qualité du système de santé. Les décrets d’application encadrant la profession sont parus le 25 mars 2007, puis de nouveaux décrets ont été publiés en 2014. Tous les ostéopathes ont l’obligation d’enregistrer officiellement leurs titres sur les listes préfectorales de l’Agence régionale de santé (ARS).

Ostéopathe D.O. ou D.O. T.O.

En France, une formation de 3 ans était auparavant suffisante pour obtenir un Diplôme d’Ostéopathe (D.O), alors que l’Organisation mondiale de la Santé préconise un minimum de 5 ans (4 200 heures) de formation. Seuls 11 écoles françaises dispensaient plus de 5 000 heures de formation et proposaient des études sanctionnées du Diplôme d’Ostéopathe (D.O) du Titre d’Ostéopathe (T.O.). L’ostéopathe D.O T.O. garantit une thérapie dispensée par un praticien formé dûment et convenablement par rapport à ses responsabilités.

Quelles différences entre ostéopathe et kiné ?

L’ostéopathie et la kinésithérapie sont deux thérapies manuelles qui peuvent être confondues, alors que chacune a sa spécificité et son intérêt. D’un côté, la kinésithérapie se concentre sur la rééducation et compte autant de séances qu’il en faut pour récupérer le mouvement d’un membre. 10, 15 ou 30 consultations ! De l’autre côté, l’ostéopathie a pour principal objectif la suppression d’une douleur en trouvant son origine et en y travaillant en quelques séances. 3 suffisent !

Différences entre les séances

Chaque séance de kiné consiste à travailler une zone anatomique spécifique, notamment un système musculo-tendineux. Le patient peut être actif ou rester passif. En ostéopathie, il s’agit de trouver les zones de restrictions de mobilité et de dysfonctionnement provoquant les douleurs à traiter. Le patient est toujours passif, suivant simplement les indications de l’ostéopathe que les positions à adopter, la manière de respirer et de se relâcher.

Différences entre les professions

La kinésithérapie a été officiellement reconnue par l’État comme profession de santé en 1946, alors que l’ostéopathie n’est entrée en vigueur qu’en 2002. Le traitement actif (kiné) fait faire des mouvements afin de rééduquer ou de renforcer un muscle ou corriger des articulations. Le traitement passif (ostéopathie) utilise des étirements, des massages ou des ponçages de tendons pour soulager une douleur.

Quelles différences entre ostéopathe et chiropracteur ?

La chiropractie est spécialisée dans la colonne vertébrale, alors que l’ostéopathie travaille l’ensemble du corps. Un chiropraticien exerce des manipulations vertébrales d’une grande précision sur une zone restreinte, en l’occurrence des pressions et des ajustements. Il détecte et corrige des subluxations, mais il peut également soulager certains troubles chroniques, notamment les vertiges, les bourdonnements d’oreilles, les troubles digestifs, urinaires ou gynécologiques.

Un ostéopathe vise à redonner au patient un bon état de santé global en travaillant en partie la colonne vertébrale, mais aussi les articulations, les muscles, les ligaments, le crâne, etc.

Source :