Préparation à l’accouchement : les apports de l’haptonomie

L’ établit, par le toucher, une relation particulière entre un couple et son futur enfant. Elle permet aux parents d’être pleinement acteurs lors de la naissance.

Publié le 29 Mar 19 à 18:00

Avec l’, les parents impulsent, d’une main ultralégère, des mouvements allant jusqu’à obtenir des déplacements du fœtus. (©Africa Studio – stock.adobe.com)

L’haptonomie vient du grec hapto qui signifie toucher. Défini dans les années 1960 par le psychothérapeute néerlandais, Frans Veldman, le concept a été repris en France, en 1978, par le Groupe de recherches et d’études du nouveau-né. Il s’agit d’une pratique thérapeutique privilégiant le toucher, la peau étant le principal organe sensoriel. Elle vise à établir une présence attentive et sensitive. Connue pour l’accompagnement pré et postnatal, elle s’applique aussi aux pratiques médicales ou paramédicales et à certaines psychothérapies.

L’ prénatale

Les séances, individuelles, se déroulent en couple avec un praticien ou une sage-femme, spécialisés, au début de la grossesse ou à partir du cinquième mois. Les parents apprennent à toucher autrement, à interagir avec le bébé en élaborant un langage corporel.

D’une main ultralégère, ils impulsent des mouvements allant jusqu’à obtenir des déplacements du fœtus. Les pères cherchent aussi le contact par la voix. Pas d’ si le père ne souhaite pas s’impliquer. En l’absence de père, la mère peut choisir une personne proche, souvent une femme, pour partager cette démarche et l’accueil du nouveau-né.

Pour quels bienfaits ?

L’ vise à développer le sentiment de parentalité. Elle constitue une aide précieuse à l’accouchement par ses effets sur le tonus musculaire et les sécrétions hormonales de la mère, même en cas de prise en charge très médicalisée et de césarienne. Elle est compatible avec la péridurale.

Les bébés bien accompagnés avant et pendant leur naissance font des enfants sécurisés affectivement, ce qui favorise ultérieurement leur autonomie. Quatre rencontres postnatales, au moins, sont souhaitables après la naissance jusqu’à l’acquisition de la marche.

« Si on porte un bébé comme un paquet, il se comporte comme un paquet et il se vit comme un paquet », voilà qui résume bien la philosophie de l’.

APEI-Actualités. Nicole Gex

Source :

Articles proches