Mâcon : quand le cheval devient un partenaire thérapeutique

Sa passion pour le cheval est ancienne, puisqu’elle pratique depuis l’âge de 7 ans l’équitation. Cavalière chevronnée, Fanny Gateau a participé à de nombreux concours, le dernier étant un concours complet en 2018 à Laizé.

C’est d’ailleurs lorsqu’elle était animatrice équestre à Montceau-les-Mines, et faisait découvrir le cheval à des enfants de quartiers défavorisés, qu’elle a eu envie de se diriger vers une carrière médico-sociale et après 13 ans, de la compléter avec l’équithérapie.

Des séances autour ou sur le cheval, selon les besoins du patient

« L’équithérapie s’adresse à des enfants ou des adultes présentant des troubles moteurs, cognitifs ou des handicaps. En équithérapie, le cheval est un partenaire thérapeutique. La séance peut se passer autour du cheval ou sur le cheval, selon les besoins du patient. Elle ne se substitue pas aux professionnels de santé, mais l’idée est de travailler avec eux afin d’aller dans le même sens, dans des contextes différents », précise Fanny. Elle cite en exemple un jeune qui, atteint d’hémiplégie, n’utilisait jamais sa main gauche. En quatre ou cinq séances, il est parvenu à accrocher le licol (pièce de harnais) autour de la tête du poney. La relation enfant-animal a donc été source de progrès. Tout comme pour une fillette hyperactive qui s’est endormie durant une séance sur le dos du poney.

Fanny intervient en partenariat à Charnay Équitation, où elle loue la structure et le poney, mais elle peut également se déplacer dans des institutions. De plus, elle est équipée d’un lève personne pour les personnes à mobilité réduite. Ce qui la motive, c’est de permettre à des personnes en situation de handicap de pouvoir pratiquer une activité pour le plaisir, comme tout un chacun.

CONTACT fgateau@outlook.fr

ARTICLE COMPLET SUR : www.lejsl.com/edition-mac…