Le buchu, arbuste méconnu du système urinaire

Originaire du Cap en Afrique du Sud, le buchu (Barosma betulina) est un arbuste de la famille des Rutacées. Il est utilisé depuis toujours par les populations indigènes locales, notamment pour ses vertus sur l’appareil urinaire. Aujourd’hui, on la préconise en cas de cystite.

De la même famille que les agrumes, le buchu possède de petites feuilles coriaces parsemées de petites glandes qui contiennent une essence aromatique très prisée en et en parfumerie. En phyto, il est utilisé comme diurétique en cas de troubles urinaires bénins. Mais la plante est pourtant bien moins connue que la canneberge, la busserole ou encore la bruyère. Des vertus ignorées que déplore Michel Pierre, dirigeant de l’ du Palais Royal : « Cette plante mérite d’être d’avantage utilisée, car ses propriétés antiseptiques sur la sphère urinaire sont puissantes ».

Des propriétés diurétiques et antiseptiques

Traditionnellement utilisé comme diurétique grâce à sa teneur en flavonoïdes, le buchu est également mis à profit pour ses vertus antiseptiques. Il contient en effet du dosphénol utile pour combattre les inflammations et les infections urinaires  (urétrites, cystites, néphrites, prostatite). « La plante est utile pour soigner les infections urinaires déjà installées, mais aussi pour prévenir les récidives » précise Michel Pierre.

Des qualités antibactériennes confirmées par la science qui a  montré que les composés de l’extrait de buchu, une fois transformés par l’organisme au niveau de l’intestin, présentent une activité antibactérienne beaucoup plus importante que l’extrait de départ. Plutôt rare dans l’histoire des plantes médicinales ! Un autre extrait de buchu s’est quant à lui révélé actif contre des staphylocoques dorés résistants aux antibiotiques.
Aussi, la plante s’avérerait intéressante dans le traitement des infections urinaires, pour son effet anti-inflammatoire. « Sa teneur en mucilages va adoucir la paroi urinaire et ainsi limiter les risques d’inflammation » conclut Michel Pierre. Une propriété utile quand on connaît le nombre de récidives sur ce type de pathologies, conduisant souvent à l’inflammation du conduit urinaire. Par ailleurs, dans le cas de problèmes récurrents de cystites, vous pouvez vous référer à notre article sur les infections urinaires.

La formule anticystite de Michel Pierre

Des feuilles de buchu en décoction :
•    1 cas de feuilles de buchu par tasse 250 ml ou 3 cas par litre d’eau à faire bouillir pendant deux à trois minutes. Laisser infuser une dizaine de minutes, filtrer et boire dans la journée. À renouveler plusieurs jours d’affilée.
•    Des huiles essentielles en capsules peuvent également renforcer l’efficacité antiseptique de ce traitement. Si les symptômes persistent consultez un médecin.

Les autres utilisations du buchu

Outre ses qualités antiseptiques, le buchu fut autrefois préconisé en cas de douleurs articulaires (rhumatisme, goutte), de troubles digestifs, de problèmes respiratoires et pour favoriser la sudation. En Afrique du Sud, il fut longtemps apparenté à une sorte d’élixir miracle capable de soigner tous les maux.
Aussi, les feuilles du buchu contiennent une huile essentielle antibactérienne renfermant des cétones terpéniques et sulfurées, intéressantes pour les infections respiratoires, particulièrement la bronchite chronique.  Son arôme naturel de cassis la rend également prisée en cuisine par les fins gourmets.
Néanmoins, cette huile peut également provoquer des phénomènes d’irritation des muqueuses et des carences en minéral. Sa richesse en pulégone neurotoxique peut entraîner des risques de fausse couche. « Il est conseillé de l’utiliser en cure de trois semaines maximum, car elle peut également générer une fuite de potassium » précise Michel Pierre. Une carence que vous pourrez rééquilibrer en consommant des aliments riches en potassium comme les haricots secs, les pommes de terre avec peau, la tomate, le flétan, la courge, les épinards et la banane.
Enfin, à la maison, le buchu pourra être employé comme insecticide pour éloigner les insectes.

Où trouver du buchu ?

Quelle que soit sa forme, le buchu est commercialisé en pharmacie et en herboristerie. Il se présente sous différentes formes, allant des tisanes à l’huile essentielle ou bien en teintures mères ou gélules associées avec d’autres plantes diurétiques ou antiseptiques des voies urinaires (chiendent, canneberge, pissenlit, busserole…).

www.herboristerie.com

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.

Source : www.plantes-et-sante.fr/a…

Articles proches