L’Agence du médicament valide l’expérimentation du cannabis thérapeutique

L’Agence du médicament (ANSM) a donné jeudi son feu vert à une expérimentation du cannabis thérapeutique en France selon le cadre proposé fin juin par un groupe d’experts. “Après analyse, l’ANSM entérine l’avis du CSST”, le comité d’experts mis en place pour réfléchir aux contours de cette expérimentation, a indiqué l’autorité sanitaire dans un communiqué. “Le cadre global qu’ils posent est un cadre à partir duquel on peut travailler, leurs propositions nous paraissent des bonnes propositions”, a précisé à l’AFP Dominique Martin, directeur général de l’Agence nationale du médicament.

Saluant un travail “remarquablement conduit”, le dirigeant souligne que le comité a “pris le temps nécessaire d’écouter les uns et les autres”, dans les différentes dimensions du dossier – médicales, économiques, associatives – et n’a “pas perdu de temps” depuis sa nomination.

Pas de “joint sur ordonnance”

L’ANSM, qui avait donné fin 2018 un accord de principe au lancement d’une expérimentation du cannabis thérapeutique en France, avait alors demandé à ce comité de se pencher sur la forme à donner à cette opération. L’enjeu étant que l’ampleur de l’expérimentation et la qualité des données recueillies soient suffisantes pour, à son terme, juger de la pertinence d’une légalisation du cannabis à visée médicale.

Pour ce test “en situation réelle”, le cannabis thérapeutique pourra être prescrit chez des patients en “impasse thérapeutique”, souffrant de certaines formes d’épilepsies résistantes aux traitements, de douleurs neuropathiques (résultant de lésions nerveuses) non soulagées par d’autres thérapies. Il pourra également servir pour traiter des effets secondaires des chimiothérapies ou encore pour les soins palliatifs et les contractions musculaires incontrôlées de la sclérose en plaques ou d’autres pathologies du système nerveux central. 

Pas question toutefois de “joint sur ordonnance” : les produits prescrits seront inhalés (huile, fleurs séchées) ou ingérées (solutions buvables, gouttes et capsules d’huile). Les médecins participant à l’expérimentation seront volontaires et auront obligatoirement suivi une formation en ligne, dont les modalités restent à déterminer.

Source : www.europe1.fr/sante/lage…