Hyperthyroïdie, Hypothyroïdie : nos remèdes naturels et efficaces pour soigner sa thyroïde

Pour le corps médical, la thyroïde est le chef d’orchestre du corps. Sommeil, digestion, rythme cardiaque, humeur… elle régule grâce à deux hormones : la thyroxine (T4) et la triiodothyronine (T3), la majorité des fonctions corporelles et émotionnelles. Et lorsqu’elle déraille, rien ne va plus. Sans se substituer au traitement, cette “ordonnance” naturelle permet d’améliorer la qualité de vie.

Alimentation : faire le plein d’oligo-éléments

Sans iode, la thyroïde ne peut pas fonctionner. La consommation quotidienne recommandée est de 100 microgrammes, ce qui correspond à 100 g de poisson ou à 2 jaunes d’œufs. La tyrosine est son indispensable complément : 1,5 g de cet acide aminé sont nécessaires par jour, à travers (par exemple) 100 g de poulet ou 100 g de fromage de chèvre. Le zinc et le sélénium participent à la synthèse des hormones T3 et T4 : l’apport journalier conseillé est, respectivement, de 15 mg et 55 microgrammes, soit 100 g de foie de veau + 100 grammes de pois chiches ou 200 g de lentilles + 2 œufs chaque jour. Enfin, la vitamine D aide les hormones thyroïdiennes à pénétrer dans les cellules. Prendre 1 gélule d’huile de foie de morue par jour avant le repas ou encore 1 c. à c. par semaine.

Le régime IG : opter pour des aliments complets

Le principe est de surveiller l’index glycémique (IG) de notre assiette. Plus l’IG d’un aliment est élevé (par exemple : le sucre a un IG de 80/100), plus il entraîne une hausse importante de la glycémie, c’est-à-dire du taux de sucre dans le sang. Or, ce pic brutal peut entraîner des troubles psycho-émotionnels ou de la régulation thermique (on a trop chaud ou trop froid)… Donc, un régime alimentaire riche en aliments à IG élevés a tendance à accentuer les symptômes de l’hypothyroïdie ou de l’hyperthyroïdie ! Privilégiez les aliments à IG modéré (aliments complets, fruits et légumes…) et évitez les produits industriels (qui ont souvent un IG élevé).

Le yoga santé : 2 postures stimulantes

Ces deux postures de yoga stimulent la thyroïde et l’aident à bien fonctionner.

Le poisson : pour étirer la base du cou. Allongée sur le dos, les bras le long du corps et paumes vers le ciel, pliez les genoux afin que les talons soient le plus près des fesses. Ouvrez les genoux et glissez vos mains sous les fesses. La tête renversée vers l’arrière, soulevez le torse (mais pas les fesses !) en inspirant et en bombant la cage thoracique. Essayez de rapprocher les omoplates le plus possible. Effectuez 10 respirations lentes et profondes.

Le conquérant : pour comprimer la thyroïde. Assise en tailleur, baissez la tête de façon à ce que votre menton touche votre poitrine. Inspirez et expirez lentement et profondément en vous concentrant sur le son produit par votre respiration pendant 1 à 2 minutes.

Phytothérapie : les plantes régulatrices

Hyperthyroïdie : une tisane d’aubépine qui calme. L’aubépine calme les palpitations du cœur et apaise le système nerveux. En cas de sensation d’oppression de la cage thoracique le soir, réalisez une tisane d’aubépine en laissant infuser 1 c. à c. de fleurs (à cueillir dans le jardin ou en herboristerie) dans 1 tasse d’eau bouillante pendant 5 min.

Hypothyroïdie : une tisane de romarin énergisante. Anti-fatigue, le romarin est aussi anti-déprime. En cas de ” coup de mou “, commencez la journée en faisant bouillir 3 c. à c. de feuilles de romarin (à cueillir dans le jardin ou en herboristerie) dans 50 cl d’eau puis en laissant infuser 10 min hors du feu. Ajoutez 1 c. à c. de miel si le goût est trop amer.

Homéopathie : des granules apaisantes

Bien sûr, pas question de se limiter à l’homéopathie lorsqu’on souffre d’hypo- ou d’hyperthyroïdie. Mais en complément à (l’indispensable !) traitement médicamenteux, elle peut soutenir les malades : à base d’iode, le remède Iodum Metallicum, contribue ainsi à réguler la production des hormones thyroïdiennes.

En cas d’hypothyroïdie, Graphites 9 CH lutte contre le ralentissement général du corps (sensation de froid, prise de poids…) et Baryta Carbonica 7 CH combat la lenteur de l’esprit (mauvaise mémoire, difficultés de compréhension…). On y ajoute Iodum Metallicum 4 CH.En cas d’hyperthyroïdie, Chromium Sulfuricum 9 CH calme l’emballement des fonctions corporelles (tachycardie…) et Natrum Muriaticum 7 CH apaise l’esprit (nervosité, irritabilité…). On y ajoute Iodum Metallicum 18 CH.
Posologie : prendre 3 granules chaque soir de tous les remèdes recommandés.

À lire aussi :

Problème de thyroïde : quand faut-il opérer ?

5 vérités sur les troubles de la thyroïde

Thyroïde : quelles sont les différentes maladies et les traitements préconisés ?

ARTICLE COMPLET SUR : www.femmeactuelle.fr/sant…