Étiopathes, les nouveaux rebouteux

Après ses 6 années d’études à la Faculté d’étiopathie de Paris, la jeune Leila Carrobourg n’a pas hésité à quitter la capitale et sa pollution pour revenir sur ses terres d’enfance. Issue, du côté maternel, d’une famille du Villeneuvois, la jeune femme passait ses vacances dans les vergers de notre département où sa grand-mère, Mme Loubet, était aide-soignante.

Au-delà du désir de s’installer en Lot-et-Garonne, Leila Carrobourg y a vu aussi un fort potentiel de développement pour son activité d’étiopathe. «Il s’agit d’une technique mécaniste qui permet de chercher les causes d’une souffrance physique. Nous sommes clairement les héritiers des traditionnels rebouteux mais avec une approche plus scientifique et plus cadrée grâce à l’enseignement proposé à la faculté. J’interviens par exemple sur les articulations, la colonne vertébrale, le système digestif et gynécologique… On ne traite pas les pathologies lourdes mais plus les petits maux du quotidien», nous explique Leila Carrobourg.

Cabinet partagé

Arrivée sur Agen en septembre 2018, Leila a traité beaucoup de patients souffrant de mal de dos en Lot-et-Garonne, «à Paris c’était plus les sinusites mais ici j’ai plus de cas de sciatiques, entorses, douleurs à l’épaule». Installée dans le cabinet de Patrick Nieto, rue Mozart à Agen, l’ancienne Parisienne prend encore ses marques dans notre ville. «Quand je suis arrivée à Agen, je suis allée me présenter à mon confrère M. Nieto qui m’a pris sous son aile en me proposant de partager son cabinet. J’ai connu de bons débuts même si je dois me faire encore connaître mais je suis très heureuse d’être sur Agen». Passionnée par son métier, Leila Carrobourg a découvert l’étiopathie après avoir connu quelques soucis de santé. Déjà attirée par la science et titulaire d’un Bac STL (sciences et techniques de laboratoire), la jeune femme s’est alors lancée dans cette activité encore peu connue dans le département. Dans son cabinet tout neuf à l’ambiance zen, Leila reçoit des patients pour des séances adaptées d’une durée de trente minutes.

Source : www.petitbleu.fr/2019/05/…