“En février, c’est du jamais vu” : avec le retour du beau temps, les cas d’allergie au pollen explosent

Quasiment toute la France est concernée mais onze départements, situés dans le sud de la France, sont classés en risque d’allergie au pollen “très élevé”.

Depuis deux semaines déjà, les Français profitent de températures parfois dignes d’un mois de mai. Mais comme à chaque printemps, certains accueillent le retour du beau temps dans la douleur : les allergiques. Cette remontée inattendue du mercure favorise l’arrivée des pollens d’arbre à tel point que certaines régions sont en risque d’allergie maximum, d’après le Réseau nation de surveillance agrobiologique. Onze départements, situés dans le sud de la France, sont ainsi classé en risque d’allergie “très élevé”, même si quasiment toute la France est concernée (la carte par ici).

“D’habitude c’est plutôt avril-mai”. Un paquet de mouchoirs à la main, Cynthia a bien voulu emmener son fils au parc. Malgré la douceur printanière, la balade sera de courte durée, car ses allergies sont de retour. “Ce sont des crises d’éternuement, un nez qui coule sans cesse et puis les yeux qui brûlent et qui piquent”, explique-t-elle. “Le redoux arrive de plus en plus tôt, les bourgeons et la nature suivent ce rythme-là et les allégies aussi sont anticipés.”

Une ordonnance avant l’heure aussi pour Norandi, dont le rhume des foins a resurgi il y a 10 jours. “D’habitude c’est plutôt en avril-mai. Aujourd’hui j’ai rendez-vous chez le médecin pour avoir des antihistaminiques et pouvoir résorber ça”, indique-t-elle.

“En ce moment, c’est l’explosion”. Depuis plusieurs jours, les allergologues comme le docteur Pierrick Horbé croulent sous les demandes de rendez-vous. “En ce moment, c’est l’explosion des pollens de noisetiers et d’aulne”, souligne-t-il. “Ce beau temps incroyable fait que les pollens ont beaucoup d’avance, de quinze jours à un mois. En février, c’est du jamais vu.” Facteur aggravant : la pollution, dont les particules fines font exploser les grains de pollen et amplifient les réactions allergiques, est-elle aussi particulièrement au rendez-vous dans certaines régions.

Source : www.europe1.fr/sante/en-f…