Bilan énergétique : quel est le but et comment se déroule ce diagnostic en médecine chinoise ?

Si on me dit “bilan énergétique”, je pense tout de suite à un diagnostic de ma consommation d’eau et d’électricité… Mais en médecine traditionnelle chinoise, le bilan énergétique désigne le check-up complet que réalise le praticien en début de séance. Je n’ai pas de douleur, ne souffre pas de troubles du sommeil et ne suis pas particulièrement stressée en ce moment, mais ce rendez-vous est destiné à faire le point, afin de rétablir ensuite la circulation des énergies, et gagner en vitalité. Grâce à différentes techniques manuelles, à la pharmacopée, aux choix alimentaires, cette médecine préventive et holistique, qui est l’un des plus anciens systèmes de santé à être encore pratiqué aujourd’hui, permet de remettre en mouvement l’énergie : d’en ajouter là où il en manque, et d’en retirer, là où elle est trop forte. L’objectif de cette séance est d’équilibrer la personne, dans sa globalité.

Bilan énergétique en médecine chinoise : comment ça se passe ?

Le bilan commence par un questionnaire. Morgane m’interroge sur mes antécédents médicaux, mon alimentation, ma digestion, mon sommeil, mes cycles menstruels… Tout est passé en revue. Après une phase d’observation (teint, langue, manière de se tenir, de se mouvoir…), puis une phase d’audio-olfaction (timbre de la voix, odeur corporelle, haleine…), la praticienne passe à la dernière étape : la palpation. En prenant mon pouls, sur chaque poignet, elle observe qu’il est “profond et faible”. Le signe d’un vide d’énergie, que l’on va pouvoir combler grâce notamment à l’acupuncture et quelques changements alimentaires.

Ce que j’ai aimé lors de cette consultation

Le côté très personnalisé du bilan, qui rend le soin qui s’ensuit vraiment adapté à mes besoins. D’ailleurs, le simple fait d’énumérer ce que je mange dans une journée, me fait prendre conscience de mauvaises habitudes, qui pourraient facilement être améliorées.

Préférer par exemple, un wok de légumes à un plat de féculents, appliquer une goutte d’huile essentielle de lavande sur le diaphragme et prendre de profondes inspirations, plutôt que de grignoter, en cas d’esprit embrumé. Et investir dans un gratte-langue, afin de retirer le mucus qui s’y est déposé (signe de toxines dans l’organisme) chaque matin au réveil…

Ce que j’ai moins aimé…

J’ai déchanté lorsque Morgane m’a vivement conseillé de diminuer significativement ma consommation de fromage. Cet aliment, dont je raffole, aurait tendance à puiser mon énergie dans la rate lors de la digestion. Ce qui expliquerait mes coups de barre dans l’après-midi.

Adieu donc, crottins de Chavignol et camemberts coulants… Pour finir, il a fallu s’allonger pour la séance d’ : la vue des aiguilles n’est pas très agréable… mais tout s’est bien passé. J’ai même réussi à me détendre pendant les 20 minutes de pause !

L’avis de la journaliste sur cette séance

L’idéal est de prendre rendez-vous tous les 3 mois, au moment du changement de saison. Cela permet de réadapter les bases alimentaires et de repartir du bon pied !

Merci à Morgane Prieur, praticienne en , www.acupuncteurparis.fr

Source : www.femmeactuelle.fr/sant…

Articles proches