Access Bars Consciousness : les documents secrets

[EXCLUSIF] L’Express s’est procuré des manuels rédigés par les tenants de cette nouvelle thérapie adressés à leurs futurs disciples-thérapeutes. Des discours troubles et nébuleux mais aussi des abus que de nombreux témoignages dénoncent.

Access Conciousness Bars est une prétendue pratique thérapeutique promettant “une santé et une aisance totale et la joie avec notre corps”, comme les plaquettes promotionnelles le prétendent. Inventée en 1995 par Gary Douglas, un Américain qui a été en relation étroite avec des membres de l’Eglise de scientologie, la pratique est arrivée en France autour des années 2010 et prend de l’ampleur depuis les années 2015. Rien que pour l’année 2019, le site officiel recense plus de 500 classes et évènements en français.

En pratique, il s’agit pour le “thérapeute” de placer ses doigts sur l’un des 32 points situés symétriquement autour du crâne pour “activer” différentes barres : celle de la sexualité, de l’argent, du pouvoir, de la conscience, de la guérison, mais aussi des tunnels de l’espace et du temps, de la “réactivation”, du “toasteur du vieillissement”, etc. Si cette prétendue thérapie ne repose sur aucune étude scientifique sérieuse, elle a en revanche fait l’objet d’une cinquantaine de signalements et témoignages auprès de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) ces deux dernières années. Certains décrivent comment des disciples se sont subitement coupés de leur entourage, d’autres décrivent leur ruine financière après avoir investi des milliers d’euros.

LIRE AUSSI >> Access Bars, une pseudo-thérapie aux dérives inquiétantes

Car s’il suffit d’une seule journée de formation (coûtant généralement autour de 300 euros) pour devenir thérapeute Access Bars, il en faut trois de plus auprès de trois formateurs différents pour devenir “facilitateur”. Un statut qui ouvre alors la voie aux autres niveaux de formation et à de nombreuses spécialisations, devant toutes être renouvelées chaque année grâce à des cotisations et la pratique de différents modules, payant eux aussi. Mais Access Bars ne se limite pas à la pratique des “32 points” d’activation de barres. Ces “soins” s’accompagnent de discours nébuleux, révélés au fils des formations. Les premiers niveaux se contentent bien souvent d’une introduction et de discours, certes ésotériques, mais néanmoins mesurés. Les niveaux plus avancés proposent, eux, des concepts et discours parfois vertigineux, comme en témoignent les documents internes que L’Express s’est procurés. En voici quelques extraits, visiblement traduits approximativement dans la langue de Molière.

“Heureusement, tu n’as pas à comprendre pour que cela fonctionne”

Le premier document (de 71 pages) est destiné aux praticiens de premier niveau. D’emblée, les fondateurs d’Access Bars insistent sur la nécessité de “se libérer” en acceptant que “tout ce que nous pensons, sentons, croyons, jugeons ou avons décidé n’est simplement qu’un point de vue intéressant”. Cette base apparaît, au regard des documents suivants, hautement nécessaire à l’acceptation des nouvelles vérités – surnaturelles – proposées par Gary Douglas.

Car l’Américain prétend tout simplement avoir “posé des questions à l’Univers” et avoir reçu, en retour, “des capacités de médium et de canal”, qui lui ont permit d’inventer les “32 points sur la tête que nous appelons maintenant les Bars”. Une information qui “n’existait pas dans cette réalité avant qu’elle ne soit transmise à Gary”. Celui-ci a alors “pris conscience que les Bars étaient un outil pour aider les gens à fonctionner d’une manière différente sur cette planète” et qu’il devait “offrir des classes pour renforcer et facilités plus de choix et de possibilités chez les autres”. Le terme “offrir” est évidemment relatif, puisque les nombreuses classes et formations sont évidemment payantes.

Le premier outil proposé dans ce manuel est une “formule de déblayage” fonctionnant “comme une baguette magique” et permettant de “contourner le mental pensant et logique” : “Juste et faux, raison et tort, bon et mauvais, bien et mal, POC et POD, tous les 9, raccourcis, les gars et au-delàs (sic)”. L’avantage, précise le document, est que “tu n’as pas à la comprendre pour que cela fonctionne”, même si la suite propose une explication détaillée.

Le reste du document s’attache à délivrer d’autres outils du même acabit et à détailler le fonctionnement de chaque Bars. Ces dernières seraient “le disque dur de ton ordinateur” qui peut donc être effacé lors d’un séance , comparée en l’espèce à “un virus informatique”. Le concept des “entités”, qui occupent les corps humains, est brièvement abordé.

La fin est bien plus pragmatique, puisqu’elle fournit de nombreux liens renvoyant vers des vidéos sur Youtube, mais aussi une adresse email pour “trouver du matériel marketing”, ou encore la marche à suivre pour devenir “facilitateur” [NDLR, formateur], “facilitateur certifié”, ainsi que les droits et devoirs accompagnant ces nouveaux statuts, dont le renouvellement de licence chaque année et la participation régulière aux très nombreuses classes et formations.

Pour ne rien gâcher, un avertissement indique que “ces prérequis peuvent changer n’importe quand […] Gary peut ajouter d’autres classes ou téléclasses, vu qu’Access change tout le temps ! Va sur le site d’Access et la boutique pour les prix”.

Les démons, les formules magiques et les milliers de dollars

Le deuxième document (de 165 pages) reprends les fondamentaux du premier, mais promet d’aller encore plus loin, et notamment d’effacer le passé, la mémoire et le cerveau du patient pour lui enseigner “d’autres choses”. Le texte s’attaque lui aussi aux concept de vérité et de mensonge, mais aussi à l’esprit logique. “Si ton esprit logique pouvait résoudre les choses qui ne fonctionnaient pas dans ta vie, ne l’aurait-il pas fait ?”, interroge le texte, avant de faire la promotion de la formule de déblayage “conçue pour accéder à ton ‘esprit barjo’ où se trouvent les réponses à la vie intéressante que tu crées” et d’où viendrait “toute la liberté”. Plus loin, il est question d’oignons, “de sphères nucléées” et “de pipes à bulles d’enfants” :

Le document développe également le concept des humains et des humanoïdes, une nouvelle catégorie à laquelle appartiendraient les pratiquants d’Access Bars, mais aussi les créateurs “des plus belles oeuvres d’art, d’architecture et de musique”. Les humanoïdes seraient dotés de pouvoir psychiques, comme celui de “percevoir les pensées, sentiments et émotions de tous ceux qui t’entourent sur un rayon entre 12 et 12 000 m² dans toutes les directions”.

Il existerait même six entités – des êtres sans corps – capable de prendre possession des corps des personnes au cours d’un processus appelé le “walk-in”, mais pouvant être exorcisées grâce à une formule magique…

La suite du document est encore plus ésotérique, voire délirante, puisqu’elle évoque “des elfes et des serpents à sonnette” ou encore des capacités de “mimétisme biomimétique et biomimétrique” qu’il faudrait activer – avec les bars – 200 à 300 fois en récitant en boucle d’autres formules magiques. Le rédacteur invite également le lecteur à ne pas se défendre contre les jugements, ce qui permettrait “d’augmenter [son] revenu de 5 000 dollars durant l’année”. Il fait aussi la promotion de divers remèdes homéopathiques et de Fleur de Bach.

LIRE AUSSI >> Médecines alternatives : ce qu’en dit la science

La dernière partie est probablement la plus intéressante, puisqu’elle est consacrée aux diverses formations, à leurs prix et leurs modalités. Sa lecture permet de mettre en lumière les témoignages transmis à la Miviludes faisant état d’une pratique extrêmement coûteuse. La formation “Access Consciousness La Fondation” (anciennement niveau 1), d’une durée de 4 jours, coûte par exemple 1 400 dollars. Celle “d’Access Consciousness le choix des possibilités” (anciennement niveau 2 et 3), qui nécessite d’avoir passé “La Fondation”, dure cette fois 3 jours et coûte 2 500 dollars. Pour la formation “avancée” des “Symphonie des Possibilités”, qui s’étale sur quatre jours, il faut cette fois s’acquitter de 3 000 dollars. L’ensemble est gratuit pour les moins de 15 ans, et moitié prix pour ceux de 16, 17 et 18 ans. Quant à la formation Lifting Facial d’Access, censée “aider les gens à être et se sentir plus jeunes”, elle nécessite d’assister à plus d’une vingtaine de séances différentes et de payer divers frais (formulaire, inscription).

Si la présence des entités et des humanoïdes restent encore à démontrer, la rentabilité de la méthode pour ses fondateurs, elle, est certaine.

Capture d’écran d’une publication d’un “Facilitateur” sur un des groupes Facebook Access Bars.

Source : www.lexpress.fr/actualite…