En Inde, un Sommet de l’OMS aboutit à des engagements en faveur de la médecine traditionnelle

Le tout premier Sommet mondial de la médecine traditionnelle de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a clos ses travaux avec un engagement fort de la part des participants à exploiter le potentiel de la médecine traditionnelle, et fondée sur des données probantes pour améliorer les progrès vers la couverture sanitaire universelle et les objectifs de développement durable d'ici 2030 pour la santé et le bien-être des personnes et de la planète.   

Le Sommet, qui a réuni des ministres de la Santé du G20 et d'autres pays, des scientifiques, des praticiens de la médecine traditionnelle, des agents de santé et des membres de la société civile de 88 pays à Gandhinagar, Gujarat, Inde, a permis à toutes les parties prenantes de partager leurs expériences uniques, leurs meilleures pratiques et leurs idées de collaboration. 

Parmi eux, divers membres de communautés de peuples autochtones de différentes régions du monde (Australie, Bolivie, Brésil, , Guatemala et Nouvelle-Zélande, entre autres) pour lesquels de nombreuses approches de médecine traditionnelle jouent un rôle fondamental non seulement dans les soins de santé, mais aussi dans la culture et les moyens de subsistance.

Un scientifique extrait des ingrédients de plantes dans un laboratoire au Ghana, où environ 70 % des patients utilisent des plantes médicinales.

Des données probantes et des innovations

Les résultats préliminaires de l'enquête mondiale de l'OMS sur la médecine traditionnelle, communiqués lors du sommet, indiquent qu'une centaine de pays disposent de politiques et de stratégies nationales liées à la médecine traditionnelle, et

Dans de nombreux États membres de l'OMS, les traitements de ce type de médecine font partie des listes de médicaments essentiels, des ensembles de services de santé essentiels et sont couverts par les régimes nationaux d'assurance maladie. 

VOIR AUSSI :  Vidéo : L'amnésie de l'incarnation

Aussi, une grande majorité de personnes ont recours aux interventions de la médecine traditionnelle, complémentaire et intégrative pour le traitement, la prévention et la gestion des maladies non transmissibles, les soins palliatifs et la réadaptation. 

Le Sous-directeur général de l'OMS chargé de la couverture sanitaire universelle et des parcours de vie, Dr Bruce Aylward, a ainsi souligné la nécessité de « disposer d'une base factuelle plus solide – une priorité de l'OMS – pour permettre aux pays d'élaborer des réglementations et des politiques appropriées en matière de médecine traditionnelle, complémentaire et intégrative ».

Le sommet a également mis en lumière le rôle important que peut jouer l'intelligence artificielle pour exploiter les données complexes disponibles sur la médecine traditionnelle et identifier les pratiques prometteuses en vue d'une évaluation scientifique plus poussée. 

À terme, et avec des garanties d'éthique et d'équité, ces données peuvent se traduire par des politiques qui accélèrent l'utilisation sûre et efficace de la médecine traditionnelle dans les systèmes de santé.

Une femme reçoit un traitement d'acuponcture.

Pour une planète plus saine et des personnes en meilleure santé

« Ensemble, nous avons gentiment bousculé le statu quo qui a trop longtemps séparé les différentes approches de la médecine et de la santé », s'est félicité le Directeur régional de l'OMS pour l'Europe, le Dr Hans Kluge, lors de la clôture du sommet.

Il est clair que nous avons encore un long chemin à parcourir pour utiliser la afin de mieux comprendre, développer et réaliser le plein potentiel des approches de la  médecine traditionnelle, complémentaire et intégrative  

Selon lui « en nous attaquant aux silos, nous affirmons que nous collaborerons d'autant plus pour trouver les meilleurs moyens d'intégrer les traditionnelles, complémentaires et intégratives dans le cadre des soins de santé primaires et de la couverture sanitaire universelle ». 

VOIR AUSSI :  Nancy: 1er Salon du Bien-Etre, des Médecines Douces et des Arts Divinatoires

Dr Kluge a réitéré « qu'il était crucial d'obtenir de meilleures preuves de l'efficacité, de la sécurité et de la qualité des traditionnelles et complémentaires. Cela implique des méthodologies innovantes pour l'évaluation des résultats ». 

Pour sa part la Conseillère stratégique principale et responsable du Centre mondial de la médecine traditionnelle de l'OMS, qui a également dirigé l'organisation du sommet, s'est félicitée de la prise de connaissance lors des travaux.  

« Nous avons beaucoup appris sur les politiques, les outils et les pratiques existants. Mais il est clair que nous avons encore un long chemin à parcourir pour utiliser la afin de mieux comprendre, développer et réaliser le plein potentiel des approches de la médecine traditionnelle, complémentaire et intégrative pour améliorer la santé et le bien-être des personnes en harmonie avec la planète qui nous nourrit », a déclaré Dre Shyama Kuruvilla.

Le document de synthèse du sommet comprend les conclusions et les engagements des participants sur des questions très diverses, telles que la politique mondiale, le leadership, l'innovation, le personnel de santé, les données, les preuves, le suivi, la réglementation, les cadres juridiques, la protection de la biodiversité et le développement durable.

Cet Article est apparu d'abord sur https://news.google.com/rss/articles/CBMiLGh0dHBzOi8vbmV3cy51bi5vcmcvZnIvc3RvcnkvMjAyMy8wOC8xMTM3Nzky0gEA?oc=5&hl=en-US&gl=US&ceid=US:en

Lire ici la suite de l'Article Original

Partager Cet Article :